Mardi, 16/10/2018
 
ONLINE SUPPORT
GALARIE DE PHOTO
VOYAGE SUR MERSURE
Trip Advisor
Sails of Indochina
Sails of Indochina Cruises
LUXE TRAVEL ASIA
DISCOVERY HALONG TRAVEL
Ethnic Voyages
Focus Travel Indochina
OFFRE SPÉCIALE
Les Guerres au Vietnam
Le 21 juillet 1954, à Genève, la signature des conventions d'armistice met fin à la première guerre d'Indochine. Dans les trois cents jours qui suivent l'accord, les troupes du camp français vont se replier au sud du 17ème parallèle et celles du Viet-minh au nord de cette ligne de démarcation.

 

LA GUERRE DU VIEGuerre au Vietnam - www.luxuryprivatetravel.comTNAM

A l'époque Bao-Daï est toujours chef de l'Etat, mais il finit par s'installer en France. Le 16 juin 1954, cédant aux démarches américaines auxquelles Pierre Mendès France croit sage de ne pas s'opposer, l'ex-empereur charge Ngô Dinh Diêm de former un nouveau gouvernement. Dès le 21 janvier 1955, les Américains acceptent d'assurer seuls l'organisation et l'instruction de l'armée de Saïgon. En octobre 1955, Diêm organise un référendum dans le sud, qui consacre, avec 98 % de voix, son élection à la magistrature suprême, la destitution de Bao-Daï et la proclamation de la République du Vietnam. Dans son entourage immédiat, trois de ses frères vont désormais prendre une influence croissante: Ngô Dinh Cân, qui va gouverner Hué, et contribue à associer l'Eglise locale au sort du régime; et surtout Ngô Dinh Nhu, le conseiller le plus écouté du président et le futur animateur du Can-Lao-Nhân-Vi, le parti soi-disant "personnaliste" du régime, qui prend, au fil des années, l'allure d'une police secrète. En 1957- 1958, la situation semble se stabiliser. Le pouvoir se réorganise autour d'une oligarchie, celle des Ngô. Assuré de l'aide américaine, le président Diêm rétablit l'ordre, relance l'instruction et stabilise l'économie. Son régime autoritaire s'appuie de plus en plus sur les catholiques du centre. Animé par Monseigneur Thuc, frère aîné de Diêm, le catholicisme officiel est triomphant alors qu'il ne rassemble que 10 % de la population. Entre-temps, l'insurrection armée s'est suffisamment étoffée pour donner naissance, le 20 décembre 1960, à un Front national de libération (F.N.L.), dont les principaux objectifs sont le renversement du régime, l'élimination de l'influence croissante des Etats-Unis, l'indépendance et la réunification du pays. Du 2 au 4 janvier 1963, à Ap Bac (près de My Tho), des combattants du F.N.L. infligent pour la première fois, une sérieuse défaite à deux bataillons de Saïgon encadrés par des conseillers américains. John Kennedy envoie sur place le chef d'état-major de l'armée de terre américaine, le général Wheeler. John Kennedy continue d'inviter Diêm à rectifier ses "erreurs" tout en multipliant le nombre des conseillers américains dans le sud. Le clergé bouddhique va jouer le rôle de catalyseur des mécontentements et, par son action, forcer le renversement du régime. C'est le catholicisme triomphaliste imposé par les Ngô au sud du 17e parallèle à partir de 1957- 1958, conjointement avec la suppression des libertés, qui va favoriser la montée passagère du bouddhisme rénové.

 

Le 8 mai 1963, jour aB52 - www.luxuryprivatetravel.comnniversaire de la naissance de Bouddha, l'armée tire sur une manifestation de fidèles bouddhistes qui, à Hué, revendiquent l'égalité religieuse. La population fait cause commune avec les bonzes dans leur lutte contre le régime. Le 11 juin 1963, à Saïgon, un bonze se sacrifie pour la première fois par le feu. Dans la nuit du 20 au 21 août, veille de l'arrivée à Saïgon de Henry Cabot Lodge, nouvel ambassadeur américain, la loi martiale est étendue à tout le sud et les pagodes sont investies par l'armée. La confusion ne cesse de s'étendre, et l'année 1964 voit des affrontements sanglants entre bouddhistes et catholiques ainsi qu'une série de coups d'états militaires plus ou moins avortés. La désintégration progressive du pouvoir à Saïgon, profite au F.N.L., dont la première grande offensive s'étale sur les années 1964 et 1965, et se fixe pour objectif l'encerclement des villes. Ce processus est en bonne voie quand le président Johnson décide d'y mettre un frein en intervenant directement dans le conflit. Le 5 août 1964, "l'incident" du golfe du Tonkin, qui apparaît plus tard comme une provocation américaine contre le Vietnam du nord, lui donne coudées franches du côté du Congrès américain. Le 6 février 1965, prétextant une attaque sur les hauts plateaux qui a fait plusieurs victimes parmi les conseillers américains, Johnson lance les premières missions de bombardement sur le nord. En mars 1965, les premières troupes combattantes américaines débarquent sur la plage de Da Nang. Trois ans plus tard, le corps expéditionnaire américain au Vietnam du Sud compte jusqu'à 545 000 hommes.

En 1966 et 1967, l'armée amWar - www.luxuryprivatetravel.coméricaine, commandée par le général William Westmoreland, lance une série de vastes opérations pour réduire les repaires de l'insurrection qui, de son côté, reçoit désormais une aide déterminante du nord en hommes et en matériel, acheminés vers le sud par la "piste Hô Chi Minh". Dans le nord, la multiplication des raids aériens américains leur donne un caractère stratégique, puisque des objectifs économiques sont visés et que la population n'est pas épargnée. Le 30 janvier 1968, veille du jour de l'an vietnamien (le Têt), le EN.L. déclenche une offensive généralisée contre plus d'une centaine d'agglomérations du sud. Ses troupes occupent plusieurs villes de province, notamment Hué. Cette deuxième offensive coûte cher au EN.L., dont certaines unités sont entièrement décimées. Des négociations entre Hanoï et Washington s'ouvrent à Paris le 11 mai 1968, mais, dans le sud, les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens s'assurent progressivement le contrôle du pays utile au cours de campagnes de "pacification accélérée". Avant de se retirer du pouvoir, le président Johnson ordonne 7 cependant l'arrêt total des raids aériens sur le nord. Mais, le général Abrams, nouveau commandant en chef des troupes américaines, est en train de lancer la politique de "vietnamisation". Le pays quadrillé, l'armée de Saïgon double ses effectifs et est dotée d'un matériel moderne. Avec les milices et les forces régionales, elle compte bientôt un million d'hommes et, en novembre 1972, son aviation dispose de près de deux mille appareils. En juin 1969, la politique vietnamienne du président Nixon semble être formulée. Le président Nixon pense que, moyennant une aide américaine et un appui logistique et aérien, l'armée de Saïgon va prendre peu à peu la relève des troupes américaines et que Hanoï va alors accepter de négocier un compromis.

 

En février 1971, avant de ramenVietnam war - www.luxuryprivatetravel.comer aux Etats-Unis des troupes américaines démoralisées, le président Nixon ordonne l'opération "Lam Son 719", dont l'ambition est de couper la "piste Hô Chi Minh". Mal conçue, cette opération tourne assez vite à la catastrophe. Les révolutionnaires vont pouvoir reprendre l'initiative. A la fin de mars 1972, alors que le régime de Saïgon commence à être secoué par les répercussions économiques des départs de près de 400 000 soldats américains, l'armée populaire de la RD.V.N. et les troupes du EN.L. lancent leur troisième offensive dans le sud. Le président Nixon réagit sans tarder. Les raids américains sur le nord ont déjà repris. L'offensive aérienne contre le nord est généralisée, tandis que ses principaux ports sont minés. Au début de mai, les troupes de Saïgon abandonnent Quang Tri à leurs adversaires armés d'un matériel soviétique ultra-moderne. La région, y compris la ville de Hué, est évacuée, et un demi-million de civils fuit vers Da Nang. Le président Nixon relance les raids aériens américains sur le delta du Tonkin. Cette fois, Hanoï n'est pas épargnée. Mais plusieurs stratoforteresses américaines sont abattues par la D.C.A. du nord et l'indignation internationale est violente. Le 8 janvier 1973, Lê Duc Tho et Kissinger reprennent leurs entretiens à Paris. Les accords signés à Paris le 27 janvier 1973 par les Etats-Unis", la RD.V.N., le G.R.P. du sud et la République du Vietnam définissent un règlement militaire mais sont plus ambigus sur une solution politique dans le sud. En janvier 1975, le nord lance une vaste offensive vers le sud, franchissant le 17e parallèle. L'armée du sud s'effondre. Le 30 avril 1975, l'armée nord-vietnamienne arrive à Saïgon. En avril 1976 la nouvelle assemblée nationale est élue, et la réunification est officiellement proclamée en juillet sous le nom dé République Socialiste du Vietnam. Saïgon devient Hô-Chi-Minh-Ville.

 

LES TUNNELS SOUTERRAINS DE CU CHI

A 35 km au nord de Ho Chi Minh- ville, Cu Chi conserve le souvenir de l'un des exploits les plus extraordinaires des Vietcong avec la piste Ho Chi Minh, celui des tunnels de résistance de Cu Chi. Les premiers tunnels de Cu Chi furent creusés dès les années quarante par les maquisards du Viet Minh en lutte contre les Français, afin de cacher leur munitions, mais de se cacher aussi eux- même en cas d'attaque d'une patrouille ennemie. Une fois à l'abri sous terre, ils pouvaient se déplacer d'un hameau à l'autre soit pour fuir, soit pour communiquer avec d'autres maquisards. Cu chi fut choisi pour au moins deux raisons:

1. D'abord à cause de la proCuchi tunnels - www.luxuryprivatetravel.comximité de Saigon qui était cible importante sur le plan stratégique.

2. Ensuite à cause de la topographie des lieux. En effet encadrée à l'est et à l'ouest par la rivière de Saigon, la terre dure et rouge de Cu Chi, difficile à creuser, reste quand- même idéal pour construire un réseau souterrain capable de résister au temps et aux assauts extérieurs. En outre le niveau de l'eau de la rivière est trop bas pour inonder les galeries souterraines. Abandonnés après la guerre d'Indochine et le départ des français, les tunnels furent repris par les combattants Vietcong qui les réparèrent (de 17 à 200 km). La piste de Ho Chi Minh, qui traversait le pays du nord au sud, aboutissait non loin de Cu Chi par lequel arrivaient les armes et les munitions. Ils camouflèrent les trappes en bois par lesquels ils entraient et sortaient sous la terre et des feuillages. Ces trappes cachant les trous profonds hérissées de bambous taillés comme des flèches et donc les extrémités étaient enduites de poison, l'homme qui tombait était souvent mortellement blessé. Pendant la guerre du Vietnam, le réseau de tunnels aurait dépassé les 200 km, sur une superficie de 4 300 hectares : un réseau complexe à plusieurs niveaux, et pouvant descendre à 7 m de profondeur, la profondeur minimun était de 3 m, de façon à pouvoir supporter le poids d'un tank de 50 tonnes ou l'impact d'une bombe de 100 kg. Les dimensions du tunnel type étaient de 60 à 70 cm de largeur sur 80 à 90 cm de hauteur seulement, et la forme même du boyau était triangulaire. L'aération provenait de deux trous d'air creusés à une vingtaine de mètres du réseau, tandis que l'on creusait aussi des trous d'eau potable. On avait trouvé le moyen de de faire de la cuisine sans que la fumée se propagea. Pour suivre, le principe était simple, il suffisait "d"apprendre à marcher sans laisser d"empreintes de pieds, de parler sans émettre de son, de cuisiner sans fumée et de se rendre invisible pendant toutes les activités extérieures". Le plus important était de camoufler les accès, car les Américains du général Westmoreland était au courant de l'existence de ces tunnels, mais ne parvenaient pas à les localiser. La solVietnam War - www.luxuryprivatetravel.comution radicale utilisée par les américains fut de déplacer toute la population de Cu Chi dans 180 villages nouveaux. Une fois la place nette, les B- 52 purent arroser quotidiennement la région de 80 tonnes de bombes de défoliants. On semait ensuite "l"herbe américaine", une herbe à croissance ultra- rapide qui empêchait la repousse des plantes indigènes. Ce n'était pas le seul avantage de cette herbe: Pendant la saison chaude, elle séchait très vite et toute nouvelle bombe y mettait le feu, découvrant théoriquement les camouflages. Cette politique eut pour effet de mobiliser les anciens habitants de la région, qui en nombre allèrent gonfler les rangs de la résistance. Comme cette grande production hollywoodienne était loin de donner tous les résultats escomptés (ce n'est que lorsque la bombe tombait en plein sur le tunnel qu'il y avait effet). On utilisa des formules plus traditionnelles, comme des chiens dressés à chasser le Viet Cong, que les résistances tendaient de décourager avec du poivre, mais aussi des hommes de petits gabarit et volontaires pour jouer aux furets équipés d'armes chimiques. Cela n'empêcha pas les Vietcong d'établir à Cu Chi leur quartier général lors de l'offensive du TET 68. Une bonne partie ce ces tunnels est aujourd'hui effondrée mais on a reconstitué une section type d'une 50 m, bien que l'on ait agrandi le diamètre des tunnels pour que les touristes occidentaux puissent y ramper, cela demeure pénible et la visite devra être évitée par les personnes sujettes à clautophobie. La terre et l'eau contiennent cependant toujours des défoliants, et les récoltes demeurent bien maigres.

(Source: LuxuryPrivateTravel.com Inc)
[  Retour ]
           Other Offre Spéciale:
Les légendes du Vietnam (27/8/2009)
Ile de PHU QUOC - Station balnéaire et Ile du Paradis (22/8/2009)
Ile de Catba et son parc national (22/8/2009)
Le parc national de Ba Be ( Trois lacs ) (21/8/2009)
La plus grande grotte du monde de Phong Nha – Parc national de Ke Bang (21/8/2009)
Le massacre de Mỹ Lai, Quang Ngai, Vietnam (5/6/2009)
Hagiang - Une destination au charme rare (2/6/2009)
La légion étrangère sur la RC4 - Indochine 1950 (20/3/2009)
La route mandarine (10/3/2009)
Potenciels du tourisme du Viet Nam (1/3/2009)
Partir à la découverte de la majestueuse province de Hagiang (13/2/2009)
Vietnam - peuples et civilisations (21/10/2008)
Conseils pour voyager au Vietnam (25/9/2008)
Habitudes de vie et moeurs (25/9/2008)
Ao dai - Vêtement traditionnel vietnamien (25/9/2008)
NOUVELLES DU VOYAGE
 Lune de miel à Evason Ana Mandara, Nhatrang - Vietnam
 Baie d'Along - Merveille du Monde
 Le quartier des 36 rues et corporations
 Le parc national de Pumat, Nghe An - Un trésor du tourisme vert
 Les quatre parcs nationaux dans le Centre du Vietnam
 Le manoir mandarinal de Tan Xa - Trésor du passé de Mr. Nghiem
 Les Guerres au Vietnam
 Les légendes du Vietnam
 Ile de PHU QUOC - Station balnéaire et Ile du Paradis
 Ile de Catba et son parc national
 Le parc national de Ba Be ( Trois lacs )
 La plus grande grotte du monde de Phong Nha – Parc national de Ke Bang
 Le massacre de Mỹ Lai, Quang Ngai, Vietnam
 Hagiang - Une destination au charme rare
 La légion étrangère sur la RC4 - Indochine 1950
 La route mandarine
 Potenciels du tourisme du Viet Nam
 Partir à la découverte de la majestueuse province de Hagiang
 Vietnam - peuples et civilisations
 Conseils pour voyager au Vietnam
 Habitudes de vie et moeurs
 Ao dai - Vêtement traditionnel vietnamien
 Circulation routière au Vietnam
 Moyens de transport au Vietnam
 Proverbes vietnamiens
 La baie de Lang Co pourrait adhérer au Club des plus belles du monde
 L'histoire du Vietnam
 La corée du Sud appelle à voter pour la baie d'Halong sur www.new7wonders.com
 Expérimenter le Vietnam avec www.VietnamLuxeTravel.com
TOURS DU MOIS
 02J/01N - CROISIÈRE INSOLITE ET AUTHENTIQUE À BORD DE SAILS OF INDOCHINA
RECHERCHE
  Tours Hotels
SERVICES CLIENTLE
PARTENAIRES
Ethnic Voyage Vietnam
Luxury Tours - Golf Club
Copyright © LUXURY TRAVEL CO., LTD 2008. Tous droits réservés - Email : info@vietnamluxetravel.com